Miyamoto veut que Nintendo livre des produits complets.

Shigeru Miyamoto, l’énigmatique développeur de Nintendo, s’est récemment élevé contre les microtransactions dans les jeux gratuits pendant la Computer Entertainment Developers Conference (CEDEC). Bloomberg a d’abord fait état des commentaires de Miyamoto, Miyamoto exprimant la conviction qu’il fallait « livrer des jeux à des prix raisonnables » avant d’évoquer le « modèle à coût fixe » de Nintendo.

Selon Miyamoto, « Nous avons de la chance d’avoir un marché aussi gigantesque, donc nous pensons que si nous pouvons livrer des jeux à des prix raisonnables à autant de personnes que possible, nous en tirerons d’énormes bénéfices ». En référence à des jeux expérimentaux comme Super Mario Run sur mobile, Miyamoto a défendu l’approche de Nintendo sur le modèle du coût fixe.

« Je ne peux pas dire que notre modèle de coûts fixes a vraiment été un succès, mais nous allons continuer à le faire avancer jusqu’à ce qu’il soit bien établi. De cette façon, tout le monde peut développer des jeux dans un environnement confortable. En nous concentrant sur l’accès aux jeux pour le plus grand nombre de personnes possible, nous pouvons continuer à stimuler notre activité dans le domaine des jeux mobiles. »

Des jeux comme Super Mario Run et Animal Crossing : Pocket Camp ne sera pas la seule incursion de Nintendo sur le marché du jeu mobile. Actuellement, le président de Nintendo, Shuntaro Furukawa, vise à élargir l’offre de jeux mobiles de Nintendo. Il n’est pas clair si ces jeux mobiles contiendront ou non des microtransactions.

Le potentiel d’abonnement à ces jeux est cependant probable, comme l’explique Miyamoto : « Il est nécessaire que les développeurs apprennent à s’entendre avec les services de type abonnement. Lorsque vous cherchez un partenaire pour cela, il est important de trouver quelqu’un qui comprend la valeur de votre logiciel. Les clients ressentiront alors la valeur de vos applications et logiciels, et prendront l’habitude de payer pour eux. »

Il est louable que Miyamoto soit contre le modèle du free-to-play dans son ensemble. Cela ressemble à une position traditionnelle à laquelle Nintendo s’est accroché au fil des ans, même si d’autres développeurs ont cédé et exploré le modèle du free-to-play. Il sera intéressant de voir comment Nintendo évitera le modèle free-to-play dans les prochaines versions, en particulier sur mobile.

Qu’en pensez-vous ? Êtes-vous d’accord avec Miyamoto, ou pensez-vous que le modèle du free-to-play est inoffensif tant que le développeur évite la mise en place de pratiques douteuses comme les boîtes à butin ? Faites-le nous savoir dans les commentaires ci-dessous !