Une catégorie très populaire d’avions radiocommandés est le planeur ou le planeur à voile. C’est également un excellent moyen de s’initier au hobby des avions radiocommandés, car il est moins coûteux et un peu moins complexe que les avions motorisés. Même si un planeur n’est pas motorisé, il peut voler pendant de longues périodes et certains modèles de planeurs peuvent atteindre des vitesses assez élevées. De nombreux planeurs sont légers et très stables, ce qui en fait un excellent choix pour un débutant qui souhaite apprendre à voler.

Il existe deux façons pour un planeur de conserver ou de gagner de l’altitude une fois en l’air : la portance thermique et la portance de pente.

Brouillon auto SOARING THEMDAL

L’ascendance thermique est créée par des zones d’air chaud s’élevant de la terre. Lorsque la terre se réchauffe sous l’effet de la chaleur du soleil, l’air au-dessus d’elle commence à se réchauffer sous l’effet de la chaleur rayonnant de la terre. C’est particulièrement vrai au-dessus d’un terrain tel qu’un champ fraîchement labouré ou une aire de stationnement pavée. À mesure que l’air se réchauffe, il commence à s’élever et permet à de l’air plus frais de le remplacer. Cet air, à son tour, va se réchauffer, s’élever, et vous obtiendrez un courant continu d’air ascendant. Tant que l’air s’élève à une vitesse supérieure à celle à laquelle le planeur s’enfonce en vol, le planeur peut maintenir sa portance.

Les planeurs conçus pour le soaring thermique sont généralement de forme similaire, avec des ailes longues et fines pour une plus grande portance et un corps élancé pour une faible traînée. Beaucoup auront des ailes avec un polyèdre (un dièdre multiple) et les surfaces de queue peuvent prendre plusieurs formes telles qu’une queue conventionnelle, une queue en croix, une queue en T ou une queue en V. Les planeurs thermiques sont généralement regroupés en quatre classes différentes.

Lancement à la main – Le plus petit est le planeur “à lancement à la main”, dont l’envergure peut atteindre 1,5 mètre (59″). Ces modèles sont, comme leur nom l’indique, lancés à la main et il appartient au pilote de rester en l’air aussi longtemps que possible. Il serait certainement utile d’avoir un bon bras de lancement avec ces modèles ! “Hand Launch” n’est peut-être pas la meilleure classe par laquelle commencer pour le débutant car généralement ces modèles sont assez petits pour nécessiter un équipement radio miniature qui est plus cher que l’équipement de taille standard.

Deux mètres – La deuxième taille de planeur, la plus populaire, est le “2 mètres” avec une envergure de 2 mètres (78″). Ces modèles peuvent généralement accueillir un équipement radio standard et nécessitent deux canaux de contrôle – le gouvernail de direction pour la direction et la gouverne de profondeur pour le tangage. Beaucoup ont des panneaux d’ailes détachables pour faciliter le transport et le stockage. La mise à l’eau s’effectue de préférence à l’aide d’un hi-start ou d’un treuil, comme nous le verrons plus loin.

Classe standard – La troisième classe de planeurs est la “classe standard”, dont l’envergure peut atteindre 100 pouces. Ces modèles sont dotés d’un équipement radio standard de 2 à 4 canaux, les options supplémentaires étant les volets et les spoilers. Une fois de plus, le lancement s’effectue de préférence à l’aide d’un hi-start ou d’un treuil, comme nous le verrons plus loin.

Classe ouverte – La quatrième et plus grande taille de planeur est la “classe ouverte”, qui englobe tous les planeurs, y compris ceux de plus de 100 pouces d’envergure. Encore une fois, 2 à 4 canaux de contrôle sont la norme et le lancement est mieux accompli par treuil comme nous le verrons plus tard.

Une fois en l’air, si l’ascendance est faible ou si le pilote n’est pas qualifié, le planeur peut ne rester en l’air que quelques minutes. Mais s’il y a une ascendance raisonnable et que le pilote de thermique a un peu d’expérience, il devrait être capable de maintenir son engin en l’air pendant 5, 10, 15 minutes, ou aussi longtemps qu’il y a de l’ascendance.

Brouillon auto LE LEVAGE DE PENTE

L’ascendance en pente est générée par une brise qui frappe la face d’une falaise ou d’un terrain en pente, comme le montre le schéma ci-dessous. Lorsque la brise frappe la surface verticale, elle ne peut que monter. Comme pour le soaring thermique, tant que le mouvement ascendant de l’air est supérieur au taux de chute du planeur, l’engin reste en l’air.

Toutes les catégories de planeurs fonctionnent bien dans les ascendances de pente, bien que certaines soient mieux adaptées que d’autres, en fonction de la quantité de vent. Les planeurs conçus pour le soaring thermique sont mieux adaptés aux vents légers pour le soaring de pente, à moins qu’ils ne puissent être lestés pour une charge alaire plus élevée.

Lorsqu’il y a beaucoup de vent, prenez un planeur spécialement conçu pour le vol de pente et vous vivrez des moments très excitants. Ces engins sont généralement conçus avec des ailes plus courtes et en flèche, des fuselages épurés, et sont extrêmement rapides et agiles. Beaucoup ressemblent à des avions à réaction, sont capables de la plupart des manœuvres de voltige et resteront en vol aussi longtemps qu’il y aura de la brise !

Brouillon auto Méthodes de décollage

Le lancement d’un planeur dans une pente est aussi simple que de lancer le modèle sur la pente, cependant, le lancement pour un vol thermique nécessite un peu plus d’équipement. Il y a quatre méthodes de base pour faire décoller un modèle thermique, un hi-start, un treuil, un moteur thermique et un moteur électrique.

HI-BUART

Le hi-start est en fait une très longue fronde. Il consiste en une longueur de tube chirurgical (généralement de 50 à 100 pieds) fixée au sol à une extrémité et attachée à environ quatre fois plus de fil de nylon (200 à 400 pieds) à l’autre. Un parachute et un anneau à l’extrémité de la ligne en nylon sont fixés à un crochet au bas du planeur, à peu près au centre de gravité. Le tube est étiré à presque quatre fois sa longueur. Lorsque le pilote lâche le modèle, celui-ci s’envole à un angle très prononcé jusqu’à ce que le tube se détende et que le modèle atteigne son altitude maximale (entre 250 et 400 pieds). À ce moment-là, la ligne tombera du crochet et le parachute guidera la ligne vers le sol. Comme les lancements se font toujours face au vent, le parachute ramènera la ligne vers l’emplacement général du lancement. Le hi-start est un excellent choix pour le pilote de planeur débutant.

TREUIL

Le treuil permet de lancer un planeur d’une manière très similaire à celle du hi-start, mais le mécanisme pour y parvenir est beaucoup plus complexe et beaucoup plus cher. Généralement, les treuils sont faits maison et consistent en un moteur électrique, alimenté par une batterie de voiture de 12 volts, entraînant un tambour sur lequel est enroulé le câble de remorquage en nylon. Là encore, un parachute est utilisé pour récupérer la ligne. Le moteur est actionné par un interrupteur à pied qui est souvent pompé par l’opérateur afin de ne pas surcharger les petits planeurs. La puissance d’un treuil est nettement supérieure à celle d’un hi-start et c’est pourquoi il est plus adapté aux grands modèles que l’on trouve en “classe ouverte”.

POWER POD

La troisième méthode de lancement d’un planeur est l’assistance par moteur à incandescence. Il s’agit essentiellement d’un petit moteur monté dans une nacelle au-dessus du centre de gravité du modèle. Il est utilisé pour amener le modèle en altitude, puis il est éteint ou tombe en panne de carburant. C’est un excellent moyen d’atteindre de très hautes altitudes avec votre modèle, mais les performances de vol à voile en pâtiront en raison de la traînée supplémentaire.

MOTEUR ELECTRIQUE

Une quatrième méthode, qui est devenue très populaire avec les progrès de la technologie NiCd, est le lancement avec un moteur électrique. Le moteur électrique est monté dans le nez de l’avion et est souvent équipé d’une hélice repliable qui se replie contre le fuselage pour réduire la traînée une fois la course du moteur terminée. Le moteur est alimenté par une batterie NiCd rechargeable de 6 ou 7 cellules et fonctionne pendant 3 à 5 minutes. Si une commande de moteur séparée est utilisée, le moteur peut être allumé et éteint pendant le vol pour regagner de l’altitude si la portance est faible. L’inconvénient du lancement par moteur électrique est que le poids supplémentaire de la batterie augmente la charge sur l’aile et réduit la finesse.

Ce dont vous aurez besoin

LE PLANEUR

Tout comme pour les avions à moteur, certains kits de planeurs sont mieux adaptés aux débutants que d’autres. Un bon choix serait un planeur de 2 mètres ne nécessitant que 2 canaux de contrôle, un kit avec une construction solide et de bonnes instructions de construction. Ce type d’appareil est recommandé, que vous ayez l’intention de faire du thermique ou du vol de pente. Les modèles conçus spécifiquement pour le vol de pente sont un peu plus rapides et moins propices à l’apprentissage du vol. Gardez-en un pour votre deuxième modèle.

Comme pour les avions à moteur, vous avez le choix de construire un modèle entièrement ou de faire seulement l’assemblage final d’un kit presque prêt à voler (ARF). Votre choix devrait simplement être guidé par votre désir de construire. Il y a quelques éléments supplémentaires dont vous aurez certainement besoin pour terminer votre modèle, mais la liste est beaucoup plus courte que celle requise pour terminer la plupart des avions motorisés. Reportez-vous à la section Getting Started in RC Aircraft (page 4) et à la section Glossaire (page 8) pour plus de détails sur les accessoires, les composants et les définitions.

LA RADIO

En plus de votre planeur, vous aurez besoin d’une radio pour le contrôler. Comme de nombreux planeurs n’ont que deux surfaces de contrôle mobiles (gouverne de direction et gouverne de profondeur), vous pouvez souvent vous contenter d’un système simple et peu coûteux à deux canaux. Reportez-vous à notre section Introduction aux systèmes radio (page 19) pour plus d’informations.

Bien que votre premier planeur n’ait probablement besoin que de deux canaux de fonctionnement, vous pouvez opter pour l’achat d’un système à quatre canaux. La plupart des systèmes à quatre canaux sont livrés avec des batteries rechargeables, ce qui n’est pas le cas des systèmes à deux ou trois canaux. Il est plus sûr de piloter un modèle réduit ou un planeur radiocommandé avec des batteries NiCd rechargeables.

Si vous rechargez les piles avant chaque vol, vous connaîtrez l’état des piles et ne vous retrouverez pas avec un dysfonctionnement de la radio dû à des piles déchargées en plein vol – pas très joli. Il existe aujourd’hui de jolis systèmes à deux ou trois canaux avec un seul manche pour les planeurs. Vous pouvez cependant souhaiter les convertir en batteries NiCd.

Une chose que vous pouvez rechercher lorsque vous achetez votre première radio est la capacité de “buddy box”. La “buddy box” consiste à relier deux émetteurs radio par un câble, l’instructeur en tenant un et l’élève l’autre. L’élève peut contrôler le modèle tant que l’instructeur tient un interrupteur d’entraînement sur son émetteur. Si l’élève a un problème, l’instructeur relâche l’interrupteur et reprend le contrôle total du modèle. Cette méthode peut réduire considérablement le temps d’apprentissage et constitue également une bonne assurance contre les accidents pour le pilote novice. Vérifiez auprès du club ou de l’instructeur local s’ils disposent d’une capacité de “buddy box” et si oui, vous pouvez acheter un système radio compatible.

Il existe des radios avec des fonctions spéciales qui sont utiles pour les planeurs plus sophistiqués. Cependant, elles ne sont certainement pas nécessaires pour le modéliste débutant.

. . . Notre sélection de systèmes radio pour avions ”

OUTILS ET COLLES

Veuillez vous référer à la section “outils et adhésifs” de notre section ” Getting Started in R/C Aircraft“. Les exigences sont les mêmes.

ÉQUIPEMENT DE TERRAIN/DÉCOLLAGE

Si vous prévoyez de faire principalement du vol de pente avec votre modèle, vous n’aurez besoin de pratiquement aucun équipement de terrain, à l’exception de quelques outils pour des réparations/ajustements mineurs. Si vous envisagez de faire du soaring thermique, vos besoins varieront en fonction de la méthode que vous choisirez pour vous élever.

Hi-Start – Le décollage avec un Hi-start est probablement la façon la plus simple et la plus propre de s’envoler et, par conséquent, c’est la plus populaire. Le seul élément dont vous aurez besoin est votre hi-start. Reportez-vous au schéma ci-contre pour le fonctionnement du hi-start.

Power Pod à moteur à incandescence – La plupart des planeurs de 2 mètres ont besoin d’un moteur de 0,049 pour le lancement du Power Pod. Vous aurez besoin d’un des moteurs Cox ou Norvel .049, d’une nacelle, de peinture ou de matériel de finition pour la nacelle si nécessaire, et d’un kit de démarrage ½A, qui contient généralement tout ce dont vous avez besoin, y compris le carburant, la batterie de démarrage, la clé et le clip de la tête incandescente.

Lancement électrique – De nombreux planeurs électriques sont livrés avec le moteur électrique et l’hélice dans le kit. Les seuls éléments supplémentaires nécessaires sont une batterie (généralement deux, afin que vous puissiez voler avec une batterie pendant que l’autre est en charge) et un chargeur rapide qui fonctionnera à partir de la batterie de votre voiture de 12V lorsque vous serez sur le terrain de vol.


Voir aussi :
  • Avions électriques radiocommandés : Guide du débutant